Stéphanie Leclef, comédienne, conteuse…

Fév
9
sam
«Megève, la Reine des Neiges»

9-19-26 février et 5 mars de 17H30 à 19H30
avec la Compagnie Pescalune, les Gypsys Fusion, Le monde de Félix, Anima Jeux, Geneviève Pellegrin, James Iron…
Direction artistique : Alain Carré
Renseignements : Megève Tourisme 04 50 21 27 28

Mai
2
jeu
Formation « Techniques d’animation » Il était une fois 0-3 ans 02 mai et 13 juin 2019 @ Chrysalide et papillon

 

Pratiques d’éveil culturel – Les liens (les enfants, les parents, l’équipe) – la sociabilisation

Techniques d’animation  » Il était une fois  » (0-3 ans)- ONE

Formation donnée en 2 jours – AXE prioritaire 4.5

 

(Uniquement sur inscription au 0475/85 28 03 ou via la brochure de l’ONE)

« Un monde sans culture serait un monde mort. L’art nous éveille, nous revigore. »

Le contenu en résumé (tel que présenté dans le catalogue ONE) :

Apprendre à raconter une histoire aux tout-petits.

Apprendre à chanter et à animer des rondes.

Apprendre à utiliser un instrument de musique (sans solfège) pendant l’histoire pour lui donner du rythme.

Trouver sa place dans l’animation pour que l’animation trouve sa place dans le milieu d’accueil.

Apprendre à retrouver son enfant intérieur et sa spontanéité (et donc libérer son imaginaire) par le biais de la technique de l’Art du clown (redécouvrir son clown intérieur).

Travailler sur les albums.

Apprendre à choisir son histoire.

Comment commencer et terminer son animation « conte » :

Trouver des formulettes, des jeux de doigts et des comptines ou chansonnettes qui vont avec l’histoire.

Trouver le juste moment et la durée de l’animation.

Comment imaginer un fil rouge pour lier les histoires ?

Comment organiser son animation dans l’espace ?

Comment être vu de tous et garder la concentration du groupe ?

 Mais aussi, comment se servir de l’album pour qu’il fasse lien entre les enfants, les accueillants et les parents, pour qu’il soit un objet de socialisation.

Raconter une histoire et animer un petit moment culturel ou artistique doit faire partie du rituel de l’accueil de l’enfant.

Faire vivre ce moment d’animation culturel et artistique, c’est accueillir les émotions de l’enfant et donner une chance à l’enfant de trouver sa place dans la société.

Beaucoup d’albums proposés lors de la formation abordent les thèmes de l’accessibilité. Nous sommes vigilants à travailler des thèmes qui nous sont chers comme: Inclusion, genre, égalité des chances, diversité des familles, pauvreté et droits de l’enfant.

Raconter une histoire, c’est construire la personne et la voir s’épanouir, c’est développer une harmonie relationnelle, créer du lien.

C’est l’aider à faire fonctionner sa mémoire visuelle et auditive.

Plus les histoires évoluent, plus l’enfant évolue avec elles.

Plus tard, un enfant qui peut comprendre et raconter une histoire (et donc sentir le problème du héros) arrive à mieux appréhender un « problème » dans sa vie quotidienne, y compris à l ‘école (notion de « Problème »en Mathématique).

L’album, les premières histoires, le conte, les comptines et les rondes font partie de la langue du récit, différente de la langue usuelle de tous les jours.  Ils sont des compagnons de première importance dès l’enfance.

– La langue du récit entraîne l’enfant dans un voyage en dehors du temps et du quotidien.

– Les albums, les histoires, les comptines, les rondes ou les berceuses lues, dites ou chantées, par des personnes proches, donnent des points de repères à l’enfant pour toute sa vie.

– Les moments partagés autour de l’album, de l’histoire ou de la comptine, de la ronde de la poésie, créent la confiance et la complicité.  Ce sont des moments de tendresse et de partage qui apaisent de l’agitation du quotidien et nourrissent les liens entre les personnes.  Il est étonnant de se rendre compte que tout enfant (et tout adulte dont on a pu toucher le cœur d’enfant), peu importe son origine ou sa vie, se laisse captiver par cette langue du récit.  Autour d’une histoire, d’une comptine ou d’un album, on se sent unis au-delà de toute différence.

C’est pourquoi il nous paraît essentiel de sensibiliser les professionnels de l’accueil  à l’importance de cette langue du récit dans leur milieu d’accueil et de leur permettre d’approfondir des outils pour vivre avec les enfants, aussi souvent que possible, et des moments vivants et savoureux autour de l’album, des histoires, des comptines et des rondes.

 

 

 

 

 

 

Juin
4
mar
« Dors-tu content, Voltaire ? »

Mardi 4 juin 2019 à 20H00
Salle communale de Chêne-Bougerie (Suisse)
Avec Stéphanie Leclef, Aïssa Derrouaz et Alain Carré
Télécharger le flyer : cliquer ici

Juin
13
jeu
Formation « Techniques d’animation » Il était une fois 0-3 ans 02 mai et 13 juin 2019 @ Chrysalide et papillon

 

Pratiques d’éveil culturel – Les liens (les enfants, les parents, l’équipe) – la sociabilisation

Techniques d’animation  » Il était une fois  » (0-3 ans)- ONE

Formation donnée en 2 jours – AXE prioritaire 4.5

 

(Uniquement sur inscription au 0475/85 28 03 ou via la brochure de l’ONE)

« Un monde sans culture serait un monde mort. L’art nous éveille, nous revigore. »

Le contenu en résumé (tel que présenté dans le catalogue ONE) :

Apprendre à raconter une histoire aux tout-petits.

Apprendre à chanter et à animer des rondes.

Apprendre à utiliser un instrument de musique (sans solfège) pendant l’histoire pour lui donner du rythme.

Trouver sa place dans l’animation pour que l’animation trouve sa place dans le milieu d’accueil.

Apprendre à retrouver son enfant intérieur et sa spontanéité (et donc libérer son imaginaire) par le biais de la technique de l’Art du clown (redécouvrir son clown intérieur).

Travailler sur les albums.

Apprendre à choisir son histoire.

Comment commencer et terminer son animation « conte » :

Trouver des formulettes, des jeux de doigts et des comptines ou chansonnettes qui vont avec l’histoire.

Trouver le juste moment et la durée de l’animation.

Comment imaginer un fil rouge pour lier les histoires ?

Comment organiser son animation dans l’espace ?

Comment être vu de tous et garder la concentration du groupe ?

 Mais aussi, comment se servir de l’album pour qu’il fasse lien entre les enfants, les accueillants et les parents, pour qu’il soit un objet de socialisation.

Raconter une histoire et animer un petit moment culturel ou artistique doit faire partie du rituel de l’accueil de l’enfant.

Faire vivre ce moment d’animation culturel et artistique, c’est accueillir les émotions de l’enfant et donner une chance à l’enfant de trouver sa place dans la société.

Beaucoup d’albums proposés lors de la formation abordent les thèmes de l’accessibilité. Nous sommes vigilants à travailler des thèmes qui nous sont chers comme: Inclusion, genre, égalité des chances, diversité des familles, pauvreté et droits de l’enfant.

Raconter une histoire, c’est construire la personne et la voir s’épanouir, c’est développer une harmonie relationnelle, créer du lien.

C’est l’aider à faire fonctionner sa mémoire visuelle et auditive.

Plus les histoires évoluent, plus l’enfant évolue avec elles.

Plus tard, un enfant qui peut comprendre et raconter une histoire (et donc sentir le problème du héros) arrive à mieux appréhender un « problème » dans sa vie quotidienne, y compris à l ‘école (notion de « Problème »en Mathématique).

L’album, les premières histoires, le conte, les comptines et les rondes font partie de la langue du récit, différente de la langue usuelle de tous les jours.  Ils sont des compagnons de première importance dès l’enfance.

– La langue du récit entraîne l’enfant dans un voyage en dehors du temps et du quotidien.

– Les albums, les histoires, les comptines, les rondes ou les berceuses lues, dites ou chantées, par des personnes proches, donnent des points de repères à l’enfant pour toute sa vie.

– Les moments partagés autour de l’album, de l’histoire ou de la comptine, de la ronde de la poésie, créent la confiance et la complicité.  Ce sont des moments de tendresse et de partage qui apaisent de l’agitation du quotidien et nourrissent les liens entre les personnes.  Il est étonnant de se rendre compte que tout enfant (et tout adulte dont on a pu toucher le cœur d’enfant), peu importe son origine ou sa vie, se laisse captiver par cette langue du récit.  Autour d’une histoire, d’une comptine ou d’un album, on se sent unis au-delà de toute différence.

C’est pourquoi il nous paraît essentiel de sensibiliser les professionnels de l’accueil  à l’importance de cette langue du récit dans leur milieu d’accueil et de leur permettre d’approfondir des outils pour vivre avec les enfants, aussi souvent que possible, et des moments vivants et savoureux autour de l’album, des histoires, des comptines et des rondes.